Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
07 Apr

Jésus j'ai confiance en Toi

Publié par Franck for Medjo

 

En ce jour de la fête de la Divine Miséricorde instituée par Jean-Paul II, qui quitta ce monde ce jour-là. Nous nous faisons un petit rappel de ce qu'est cette fête. Nous vous invitons également à aller visiter le site qui évoque largement cette question (vidéo ci-dessous) et aussi de réciter le chapelet de la divine miséricorde aidé par un diaporama et une voix off.

 

Comme il y a deux images  nous reproduisons les deux. Du coeur de Jésus coule du sang et de l'eau qui sont aussi sources grâces.  La nuit environnante signifie sans doute la mort où l'âme appelle une dernière fois vers Jésus et peut renoncer à sa perte, si elle se tourne vers la Miséricorde divine.

 

 

DIVINE-MISERICORDE.jpg

 

Fête la Miséricorde divine

 image-de-la-misericorde.jpg

 

 

 

Je vous propose mon article "papier" sur le sujet, datant du 9 mars 2009  Il ne me semble pas avoir perdu de son intérêt.

 

Au-delà de l'apparence de cette image du Christ avec cette image surprenante, pas kitch mais au dessin contemporain et aux couleurs un peu vive, nos contemporains peuvent passer outre. Tous nous l'avons déjà aperçu dans les boutiques d'objets de piété. Peut-être sans y faire attention. J'ai reçu une de ces images de la famille de notre aimable et compréhensif logeur à Medjugorje lors de notre dernier pèlerinage dans l'autre cité mariale. L'image était en polonais ainsi que le texte au dos. Je l'ai conservé, mais je n'ai guère accordé plus d'importance à cette image aux couleurs lumineuses, spiritualité de l'est, c'est vrai nous étions le dimanche après Pâques, dimanche de quasimodo mais aussi de la divine miséricorde.

Certes la traduction manquait, elle était pourtant d'importance : "Jésus, j'ai confiance en Toi !",elle s'adressait plus particulièrement à la Pologne, aimée d'un amour particulier, si elle demeure fidèle je l'élèverai en puissance et en sainteté lirai-je plus tard et c'est d'elle "que sortira l'étincelle qui préparera le monde à mon ultime venue" annonce le petit journal de Soeur Faustine. Mais d’autres prophéties signalent elle le rôle de la France dans cet élan.

Revenons à l'image :  Jésus est ressuscité, il est important de le voir sur l'image, il apparaît lumineux dans un cadre plus ou moins obscur selon les deux versions du tableau qui circulent, on y reviendra, et il bénit les hommes, les regarde dans les yeux, montre son côté lumineux, embrassant et embrasant, mais beaucoup moins sulpicien que celui de Marie Alacoque de Paray-le-Monial, qui incommode les modernistes. Mais la miséricorde sortant du cœur de Jésus est la même. "Sache que si tu négliges la peinture de ce tableau et toute l'œuvre de la Miséricorde, tu devras rendre compte,

au jour du jugement, d'un grand nombre d'âmes" (154), lui avait confié Jésus dans son cœur. Donc cette image est particulière, pas par ses couleurs ou ses ombres, son messager le confirme  et lève ses craintes : : "Qui Te peindra aussi beau que Tu l'es" ? l’interroge-t-elle,  – "Soudain j'ai entendu ces paroles" :

"Ce n'est ni dans la beauté des couleurs, ni dans celle du coup de pinceau que réside la grandeur de cette image, mais dans ma grâce" (313).

Voici donc tout le mystère de cette image, elle tente de montrer l’impossible, la grâce de Jésus.

 

 

 

 

Il nous faut maintenant en dire plus que la simple image, une de plus, sans doute belle et éloquente, mais elle va au-delà, elle a du sens.

De plus la fête n'est pas anodine puisqu'elle fut reconnue et instituée par un pape (polonais certes) qui cultivait cette dévotion et avait tout fait pour canoniser soeur Faustine, ce qui fut fait le 30 avril 2000 et placée le dimanche suivant (le deuxième dimanche de Pâques, ou le dimanche dans l'octave de Pâques) Pâques. Cette fête sera aussi le jour le sera aussi le jour de sa disparition de Jean-Paul II.

 

 

Soeur Marie-Faustine (25/08/1905-5/10/1938)  de  son nom de baptême Hélène Kowalska est une fille pauvre issue d'une famille de Glogowiec, paroisse de Swinice Warckie, de 10 enfants, elle a 7 ans lorsqu'elle entend l'appel de Jésus.

Elle cheminera vers son couvent, sans que la famille n'accepte cette vocation, elle arrête son métier de servante dans des familles aisées d’Aleksandròw, Lòdz et Ostròwek, précise le site vatican.va.

Dans son couvent de Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde, elle y entre le 1er août 1925, elle sera cuisinière, jardinière et à l’accueil (portière) le plus souvent dans les maisons de Wilno, de Plock, Cracovie. Elle décède dans la maison de Cracovie Lagiewniki à 33 ans, sa dépouille se trouve dans cette chapelle où est vénérée l’image miraculeuse de Jésus Miséricordieux, telle qu’elle vit un soir dans sa cellule Le 22 février 1931.  Jésus vêtu d'une tunique blanche une main levée pour bénir, la seconde touchant sa poitrine, de son côté s'échappent deux grands rayons dit-elle "l'un rouge, l'autre pâle. En silence, je fixais mon regard sur le Seigneur, mon âme était saisie de crainte, mais aussi d'une grande joie. Après un moment Jésus me dit :"Peins un tableau selon l'image que tu vois, avec l'inscription "Jésus, j'ai confiance en Toi" Je désire qu'on honore cette image, d'abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier.

Je promets que l'âme qui honorera cette image ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici-bas, et spécialement à l'heure de la mort. Moi-même, je la défendrai, comme ma propre gloire", écrit-elle dans son "petit journal".

 

Elle reçu également l’enseignement d’un chapelet de la miséricorde de Jésus, devant apaiser sa colère, « tu vas la réciter (cette prière) pendant neuf jours sur un chapelet de la manière suivante : d'abord, tu diras un Pater, un Ave et le Je crois en Dieu. Puis sur les grains du Pater, tu vas dire les mots suivants: "Père éternel, je Vous offre le Corps, le Sang, l'âme et la Divinité de votre Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus-Christ, pour implorer de Vous le pardon de nos péchés et de ceux du monde entier".

Sur les grains de l'Ave Maria, tu diras: "Par sa douloureuse Passion, ayez pitié de nous et du monde entier." A la fin, tu réciteras trois fois ces paroles: "Dieu saint, Dieu fort, Dieu immortel, ayez pitié de nous et du monde entier".

Ma Miséricorde enveloppera les âmes qui réciteront ce chapelet pendant leur vie et surtout à l'heure de la mort... Les profondeurs de ma Miséricorde sont émues pour tous ceux qui récitent ce chapelet. Inscris ces mots, ma fille. Parle au monde de ma Miséricorde. Que l'humanité entière apprenne à connaître mon insondable Miséricorde: c'est un signe pour les derniers temps. Après, viendra le jour de la Justice".

 

En 1933, Soeur Faustine écrit: «Jésus m'a dit que je lui serai le plus agréable lorsque je méditerai sa douloureuse Passion, et que cette méditation ferait descendre sur mon âme de nombreuses lumières, que celui qui veut apprendre la véritable humilité considère la Passion de Jésus.» En 1935, Jésus lui dit: «Une heure de méditation sur ma douloureuse Passion a un plus grand mérite que toute une année de flagellation jusqu'au sang. La considération de mes plaies douloureuses est d'un grand profit pour toi et Me procure une grande joie. »

 

Le 10 janvier 1934, au cours d'une retraite, Jésus donna l'ordre à Soeur Faustine de célébrer la Fête de la Miséricorde divine le premier dimanche après Pâques: «Je désire que le premier dimanche après Pâques soit la Fête de ma Miséricorde. Ma fille, parle au monde entier de mon inconcevable Miséricorde. Je désire que la sainte Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour-là les écluses de ma Miséricorde sont ouvertes. Je déverse un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma Miséricorde. Toute âme qui s'approchera de la confession et de la sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition... Je désire accorder une indulgence plénière à ces âmes... Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate. Ma Miséricorde est si grande que, pendant l'éternité, aucun esprit, ni humain ni angélique, ne saurait approfondir tout ce qui est sorti des profondeurs de ma Miséricorde... La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles... On préparera cette fête par une neuvaine - qui commencera le Vendredi-Saint - et au cours de laquelle on récitera le chapelet de la Miséricorde. Pendant ce temps, j'obtiendrai aux âmes beaucoup de grâces.»

 

"Je désire que cette image soit honorée publiquement" (414).

Puis les choses vont assez vite, après la représentation de ce tableau, elle le raconte : "C'était étonnant - Il advint comme le Seigneur l'exigeait, que la première fois que cette image reçut les honneurs publics, ce fut le

premier dimanche après Pâques. Pendant trois jours cette image fut placée à la vue de tous et reçut les honneurs publics car elle était  placée à "Ostra Brama" ("Ausros Vartu"), au faîte de la fenêtre, c'est pourquoi on pouvait l'apercevoir de très loin. A Ostra Brama, l'on célébrait solennellement, durant ces trois jours, la clôture du Jubilé de la Rédemption du Monde - 1900 ans après la Passion du  Sauveur. Je comprends maintenant que l'oeuvre de la Rédemption est unie à cette oeuvre de la Miséricorde que le Seigneur exige"

(89).

 

 

 

 

"Cette Fête est issue des entrailles de ma Miséricorde et elle est confirmée dans les profondeurs de mon Amour

infini. Toute âme qui croit et a confiance en ma Miséricorde, l'obtiendra" (420).

 

- 04 avril 1937 : L'image fut consacrée, avec la permission de Mgr Romuald Jalbrzykowski, Archevêque de Wilno, par  le directeur spirituel de Soeur Faustine et placée en son Eglise Saint Michel (Saint Michael's Church) à Wilno.

 

- 1941 : Sur la recommandation du même Archevêque de Wilno, une commission d'experts en peinture fut convoquée, qui déclara  que le tableau de la Miséricorde Divine peint par E. Kazimirowski avait été exécuté artistiquement, et constituait une acquisition  précieuse en fait d'art religieux contemporain.

 

Cette même année à Wilno : Fondation de la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux par l'abbé Michel

Sopocko, en réponse aux révélations du Seigneur Jésus, qui ordonna entre autres à Soeur Faustine, en 1935, de fonder une nouvelle  communauté religieuse.

 

 

 

- jusqu'en 1948 : Le tableau resta en l'Eglise Saint Michel, puis à la fermeture de l'Eglise, pendant plusieurs décennies, l'image  fut déplacée maintes fois surtout pendant l'occupation Soviétique où elle subit des dégradations et diverses restaurations.

 

 

- 1987 : L'image revint à Vilnius où elle fut temporairement exposée en l'Eglise du Saint Esprit (the Church of the Holy Spirit).

 

 

- 05 septembre 1993 : Le Saint Père Jean-Paul II fit une visite Pastorale en Lituanie et pria devant l'image originale du  Christ Miséricordieux qu'il appela "Sainte Effigie", en l'Eglise du Saint Esprit à Vilnius.

 

 

- Avril 2003 : Restauration professionnelle du premier tableau original de la Miséricorde Divine qui eu lieu dans la chapelle  de la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux à Vilnius.

 

 

Un deuxième tableau a été peint par Adolf Hyla à Cracovie en 1943 (après la mort de Soeur Faustine) et connaît

depuis cette époque une grande vénération dans le monde entier. Cependant le premier tableau original du vivant  de Soeur Faustine est celui de Wilno (Vilnius).

Le regard et le visage du Christ Miséricordieux sur ce premier tableau original de la Miséricorde Divine ont une grande similitude  avec l'empreinte laissée sur le Saint Suaire de Turin.  Jésus Christ l'avait dit à Soeur Faustine par ces paroles : "Mon regard sur cette  image est le même que celui que j'avais sur la Croix" (326).

 

Parmi les autres grâces ou charismes dont bénéficia Sœur Faustine : révélations, visions, stigmates cachés, participation à la passion, don de bilocation, prophétie, fiançailles et épousailles mystiques, nous précise le site vatican.va en signalant le contact avec Dieu, Notre-Dame, les anges, les saints, les âmes du purgatoire, pour lesquelles elle ne ménagea pas ses peines. Mais sa priorité, était le chemin de sainteté qui sont d’accomplir « l’union de ma volonté avec celle de Dieu » (P.J. 1107) Ce petit journal a été traduit dans plusieurs langues et constitue une source mystique et théologique importante, citons une exemple : « Confie-moi tout, ne faits rien à ta guise et tu vivras toujours dans une grande liberté d’esprit, aucune circonstance ni aucun événement ne seront capables de te troubler. Ne fais pas attention aux paroles humaines, permets à chacun de te juger à son gré. Ne te justifie pas, cela ne te fera pas de mal… Permets qu’on te prenne même ce qui te revient de droit –la considération, la bonne renommée. Que ton esprit soit au-dessus de tout cela. Et ainsi libérée de tout, repose-toi près de mon cœur ; ne permets à rien de troubler ton calme. Mon élève, médite les paroles que je t’ai dites ». (petit journal extrait du § 1684) 

 

1965-1967 : procès diocésain

1968 procès de béatification à Rome

Décembre 1992 : fin du procès

18 avril 1993 : place Saint-Pierre béatification par Jean-Paul II

 

 

Prophéties pour la France, et France réveille-toi ! conférence en DVD, éditions l’icône de Marie BP 43 22160 Callac de Bretagne , mais il existe des prophéties protestantes sur le site generation-nouvelle.com et plus particulièrement sur le site http://objectiffrance.fr prières collectives pour la France. (ressources/les Prophéties), article dans chrétiens magazine, numéro du 15 Février 2009, exemple celle de Rick Ridings - Avril 2008, Exhortation pour la France

Je crois que le Seigneur souhaite attraper l’ennemi dans son propre filet.

 

 

 

Et donc en résumé, si vous désirez effectuer cette prière et ce chapelet, promesse de tant de grâces et d'une nouvelle vie (éternelle) heureuse, voici les liens, la prière et la possibilité de prier avec une voix off.

 

 

 

(Dimanche dans l’octave de Pâques, Pâques +8) , de sœur Faustine, Kowalska, pour en savoir plus on peut regarder un reportage sur :

http://misericordejesus.free.fr

 

pour le réciter avec quelqu’un : http://madmagz.com/fr/magazine/154844#/page/20

 

 

 

On récite ce chapelet avec un chapelet ordinaire

 

Au début

Notre Père…, Je vous salue Marie…. Je crois en Dieu…

 

Sur les gros grains, une fois :

Père Eternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils Bien-Aimé,

notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

 

Sur les petits grains, 10 fois :

Par sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

 

Pour terminer, 3 fois :

Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Eternel, prends pitié de nous et du monde entier.

 

De grandes grâces sont liées à la récitation de ce chapelet 

  "Même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de mon infinie miséricorde » (PJ 687)

Quand « on récite ce chapelet auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, la miséricorde insondable s’empare de son âme » (PJ 811)

 « Il me plait de leur accorder tout ce qu’elles [les âmes] me demanderont en disant ce chapelet (PJ 1541)

(…) si c’est conforme à ma volonté (PJ 1731)

 « Par la récitation de ce chapelet, tu rapproches de moi l’humanité » (PJ 929)

« Les âmes qui réciteront ce chapelet seront enveloppées par ma miséricorde pendant leur vie et surtout à l’heure de la mort ». (PJ 754)

 

Commenter cet article

Joumana Sfeir 08/04/2013 17:34

Le Christ est ressucite!Alleluia!Depuis la separation de l'homme primitif de son Createur,et le Seigneur n'a cesse de nous aimer et de nous exorter a revenir au bercail de la Foi!Son incarnation,Sa
passion,Sa mort,et,a present,Sa misericorde!En faut-il de plus?Croyez-moi,Jesus ne se lasse pas de nous aimer!Quelle Grace!En realite,nous sommes vraiment chanceux,car en plus,Il nous a donne
la vierge Marie comme Maman!Alleluia!

Franck for Medjo 09/04/2013 09:19



Christ est vraiment ressuscité alléluia, prions pour les âmes du purgatoire et n'hésitons pas à réciter le chapelet de la Divine Miséricorde, la vie de Faustine (voir reportage, lien dans
l'article) est éloquente à ce sujet.



Archives

À propos

faire connaître Medjugorje, les apparitions, les messages que la "Gospa"-la Vierge Marie- laisse aux voyants (visionnaires) de ce village de l'ex-Yougoslavie, village croate dans l'actuelle Bosnie-Herzégovine (BiH) depuis le 24 juin 1981 (veille de la fête de St Jean le Baptiste). " Il n’y a qu’un seul danger avec Medjugorje, c’est de passer à côté". Cardinal Hans Urs von Balthazar