Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Mar

Notre-Dame de la Salette

Publié par Franck for Medjo

Si les apparitions de Fatima auront 100 ans cette année, mais celles de La Salette ont  connu un grand jubilé l’an passé (170 ans)  L'occasion d'y revenir et pour les lecteurs de ce blog, une nouveauté.

Les apparitions de La Salette :

Au coeur des Alpes, Isère et Dauphiné, (38970) (http://lasalette.cef.fr) un haut-lieu spirituel dans un site magnifique, au coeur des alpages déserts, à 1800 m d’altitude. Il a vu la merveilleuse visite le 19 septembre 1846, à deux bergers Mélanie Calvat (Mathieu)(14 ans, née en 1902, dans une famille de 9 enfants) et Maximin Giraud (11 ans).  Ils ont donc une rencontre avec une Belle Dame en pleurs. « Avancez, mes enfants, n'ayez pas peur». leur dit-elle. Sans plus hésiter, ils se précipitent et se campent si près d'elle qu'ils la touchent presque. Elle porte sur les épaules et la poitrine deux chaînes retenant une croix sur laquelle saigne le Christ resplendissant de lumière.D’abord assise et toute en larmes, elle se lève et leur parle longuement, en français et en patois, sans cesser de pleurer. Puis elle gravit un raidillon et disparait dans la lumière. Toute la clarté dont elle était formée venait du Crucifix, sur sa poitrine, entouré un marteau et de tenailles, de chaînes et de roses. Les instruments de la passion du Christ. Marie implore son peuple de choisir la vie. Son appel et ses larmes ont ému les foules qui depuis ne cessent de grimper ces montagnes pour écouter le message, qu’ils sont appelés à le « faire(tes) le bien passer à mon peuple ».
Le 19 septembre 1851 après une enquête pastorale, des évènements, des témoins, du contenu, l’évêque de Grenoble, juge que l’apparition « de la Sainte Vierge à deux bergers sur la montagne de la Salette…porte en elle-même tous les caractères de la vérité et que les fidèles sont fondés à la croire indubitable et certaine ».

 

 

Mélanie, une vie pire que du Zola

Une édition des écrits de l’abbé Gouin (grand défenseur du secret et le premier à avoir eu accès aux documents originaux) a été re-publié par les éditions de Chiré.
Il décrit en se concentrant sur l’essentiel à savoir le récit de l’apparition, les secrets révélés aux deux jeunes pastoureaux, et plus particulièrement Mélanie. « Si chez Maximin c’était la pauvreté, dans celle de Mélanie c’était la misère » signale un érudit du sanctuaire. Sa vie est digne d’un roman, une enfance à la fois terrible par les souffrances endurées dans sa famille, une mère qui refuse tous ses penchants vers Dieu, la méprise, l’éloigne…

la confie à des familles plus cruelles les unes que les autres comme servante, c’est du Zola tous les jours, quand elle ne l’éprouve pas elle-même dès que son père est éloigné du domicile par son travail. Sa mère aime les fêtes, les superficialités, Mélanie n’y goûte guère. Souvent chassée de la maison, obligée de dormir dehors, la petite Mélanie découvre les bonheurs de la proximité d’un enfant-Jésus dès son plus jeune âge.Il la façonne et la prépare à ce qui sera l’apparition et les messages à transmettre. Elle gravit ainsi les degrés de la vie mystique. Sa vie est plus que miracles et présence de Dieu nous signale la présentation du livre.

Bien évidemment, l’apparition de la Dame est au coeur de l’ouvrage.  (87388, 240 p, 2016, 20 euros, éditions de Chiré). Si l’on veut se concentrer sur le récit de Mélanie, un petit livre, paru avec l’imprimatur de Mgr Sauver-Louis 1879, reprend l’intégrale du récit par elle-même. (édition Petrus, 114 pages, 2016.)
 Pour compléter l’étude des apparitions de La Salette, plus riches qu’il n’y parait, préparant même celles de Fatima (l’année suivante, puis de Medjugorje) deux excellents livres très exhaustifs sur toute la situation, sont parus chez Pierre Téqui éditeur, il s’agit de La Grande Nouvelle des Bergers de La Salette, le plus grand amour, les plus fortes expressions,  tome I. L’apparition et ses secrets, par Michel Corteville, un deuxième grand volume est paru en juin 2005, il se penche plus spécialement sur la vie et les rebondissements de son existence « La vraie Mélanie de la Salette » par Hyacinthe Guilhot, Pierre Tequi, éditeur. Il y évoque les souffrances de la petite Mélanie et son évolution mystique méconnue, avant et après l’apparition.  

Les apparitions ont ensuite fait leur chemin, contestées, critiquées, à l’instar de celles de Fatima l’année suivante, utilisées dans les prêches notamment durant les deux guerres.

Ainsi le témoignage de ce militaire de Darreberg, (capitaine Darreberg, par H.Perrin,diffusion salettine, la Tronche Isère, 1963)  capturés avec sa division en Allemagne, il est bouleversé par le chemin qu’a effectué en lui, la prêche de son aumônier sur la « pieuse blague » de La Salette.  Elle lui donne prétexte pour se rendre sur le lieu d’apparition et s’échapper du camp,  il s’y sent appelé là où la Vierge elle-même s’est rendue sans avoir besoin d’Ausweis.   Elle y pourvoira. Et donc,  le 12 novembre suivant, l'aumônier reçoit une lettre de Darreberg, datée de La Salette, 20 octobre: «Sachez d'abord que j'ai dû faire un assez long voyage sans trop connaître le confort». En effet, après avoir rejoint Stuttgart dans le camion de pain, il s'est rendu à la gare des chemins de fer et a réussi à s'installer sur les tampons extérieurs d'un wagon de train qui partait pour Constance. À chaque arrêt, il se glissait sous un des essieux du wagon pour n'être pas découvert. De la même manière, il a voyagé de Constance à Bâle. Désormais en Suisse, il était libre et a pu rejoindre Lyon, puis La Salette. «Je peux bien vous dire maintenant, continue-t-il, que je me sentais irrésistiblement appelé. Il fallait que je parte... Depuis cinq jours, je suis ici et je vis comme dans un rêve... Que j'ai été sot de parler de «pieuse blague»; il est vrai que déjà je ne le pensais pas. Au long de mon voyage, je comprenais déjà tant de choses. Ici, j'ai trouvé un prêtre qui m'a expliqué l'histoire de cette montagne» . Il rejoint Londres, Il entraine avec lui plusieurs conversions le mécanicien qui se met à lutter contre les jouons pendant le travail en placardant dans l’atelier : « Désormais, il est défendu de jurer pendant le travail. Amende: six pences pour la caisse qui réglera les tournées de whisky » ou la conversion plus pittoresque d’un pilote de chasse qui par haine n’avait pas hésité à tirer sur son avion.
Il comprend aussi l’importance de la prière, la récitation du rosaire n’est plus pour lui prière de dévote et un « ronronnement sans valeur », « Sottise ! C'est un merveilleux truc. Dire cinquante fois de suite: «Je vous salue, Marie...», finit par vous faire baisser la tête convenablement... Quand on a dit cinquante fois : «Priez pour nous, pauvres pécheurs», on finit par croire, un peu, qu'on ne vaut pas très cher...» Il écrira encore: «Beaucoup plus que la pipe de l'aumônier, la récitation, même monotone et mécanique, du chapelet, est une harmonie pacifiante».
Quelques exemples donc de ce retentissant « voyage »
de Marie parmi nous pour récupérer quelques
âmes. Qui ont fait dire à l’abbé « La Sainte Vierge est une grande voleuse d’âmes. Vous avez vu : elle est plus habile que le diable ». On le voit La Salette a changé des vies, son histoire reste à (re)découvrir par beaucoup d’entre-nous. Le livre du capitaine Darreberg peut aussi être un moyen de s’y intéresser.

 

 

Dates de la Salette
19 09 1846 : apparitions à la salette
20 09 1846 :  Le curé en chaire reconnaît implicitement les apparitions, il les commente en pleurs.
2 décembre 1846 les deux enfants sont placés par les soins et à ses frais de l'évêque au pensionnat de la providence de Corenc. L'évêque protecteur de Grenoble est Mgr Philibert de Bruillard. L’enquête démarre.
19 09 1851 : C’est l’évêque de Grenoble reconnaît l'apparition.  
09 1854 à 09 1860 exil en Angleterre à la demande du nouvel évêque qui craint qu'une récupération monarchiste des apparitions le brouille avec l'empire. Exil au Carmel de Darlington
23 02 1855 elle reçoit l'habit de carmélite.  Profession en 1856
1885-1889 : elle soigne sa mère jusqu’à sa disparition.
Plus tard Mélanie souffrante alors qu'elle n'était que novice de la providence de Corentin est admise à être soignée dans le Carmel dans la clôture à la demande des carmélites
Elle est relevé de ses voeux pour s’occuper de sa mère.
1902 : (18-19 septembre) dernière visite de Mélanie sur les terres de La Salette.
15 12 1904  :  A Altamura, décès de Mélanie Calvat.

 

 

LA SALETTE

Le message :
« avancez mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous conter une grande nouvelle ».
Mon Fils, mon peuple : « Si mon peuple ne veut pas se soumette, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! SI je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse et, pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres. »  

Les refus du peuple de Dieu :
le travail du dimanche :
« Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils ».

« vous juriez, vous mettiez le nom de mon Fils au milieu » (en évoquant les jurons concernant les récoltes gâtées) . Notre-Dame insiste spécialement sur les péchés contre Dieu par le manque de respect à l'égard de son Nom.

S’ils se convertissent, « faites-vous bien votre prière, mes enfants  ? »
« Pas Guère, Madame; »
« Ah, mes enfants, il faut bien la faire, soir et matin, ne diriez-vous seulement qu’un « notre Père » et un « je vous salue » et quand vous pourrez faire mieux faire, dites-en davantage ».
L’été, il ne va que quelques femmes un peu âgées à la messe. Les autres travaillent le dimanche tout l’été et l’hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la Messe que pour se moquer de la religion. Le Carême, ils vont à la boucherie comme les chiens ».

« Faites le passer à tout le peuple » précise-t-elle en français

 

Le texte intégral, illustré et commenté a été publié dans le bulletin chrétien (papier) qui parait depuis septembre 1988

la petite lanterne,

blog  grand frère de celui-ci, voir  sur  www.petite-lanterne.com

 

nous publierons bientôt un tel article sur les apparitions de Fatima.

 

l'affiche offielle du pèlerinage de La Salette

l'affiche offielle du pèlerinage de La Salette

la statue de la Vierge en pleurs de la Salette

la statue de la Vierge en pleurs de la Salette

couvreture du livre sur La Salette paru aux éditions Chiré.

couvreture du livre sur La Salette paru aux éditions Chiré.

carte postale ancienne de la Salette, une situation géographique exceptionnelle

carte postale ancienne de la Salette, une situation géographique exceptionnelle

Commenter cet article

Archives

À propos

faire connaître Medjugorje, les apparitions, les messages que la "Gospa"-la Vierge Marie- laisse aux voyants (visionnaires) de ce village de l'ex-Yougoslavie, village croate dans l'actuelle Bosnie-Herzégovine (BiH) depuis le 24 juin 1981 (veille de la fête de St Jean le Baptiste). " Il n’y a qu’un seul danger avec Medjugorje, c’est de passer à côté". Cardinal Hans Urs von Balthazar